Actualités du Sainte Luce basket
  1. Vide grenier du SLB du 22 mai… complet !
  2. La coupe de basket Loire-Atlantique disputée samedi 14 mai
  3. MODIFICATION DU PLANNING DES ENTRAÎNEMENTS DE FIN DE SAISON
  4. Départ de notre entraîneur Tristan
  5. Match des U20F reporté !

Qu’est-ce que le mini-basket ?

Créé en 1950 par René Lavergne (ancien professeur d’Éducation Physique et Sportive), le Mini-Basket initie les jeunes de 5 à 10 ans à la vie sportive en général, et au basket en particulier.



Près de 160.000 licenciés pratiquent le Mini-Basket

 

Répartis en 3 catégories :

  1. Les Baby-Basketteurs (U7) : 6 ans et moins
  2. Les Mini-Poussin(e)s (U9) : 7 et 8 ans
  3. Les Poussin(e)s (U11) : 9 et 10 ans

Les grands principes du Mini-Basket

 
  1. Il se pratique dans un esprit de loyauté et de camaraderie.
  2. Le matériel y est adapté aux enfants qui jouent avec des ballons de petite taille (taille 3 et 5) et sur des paniers ajustables.
  3. Les règles y sont simplifiées, le non-contact et la notion de marcher sont les 2 règles principales appliquées au Mini-Basket.

René Lavergne le créateur du Mini-Basket

 
René Lavergne

Mini-Basket au Sainte Luce Basket

LE MINI-BASKET : UNE PHILOSOPHIE POUR LA VIE

Véritable mode de vie, le Mini-Basket est affaire de passion comme le démontre à chaque mot, René Lavergne l’un de ses fondateurs et défenseur acharné des principes de cette activité. Destiné à initier les jeunes à la vie sportive en général et, plus particulièrement au basket, le Mini-Basket se comprend dans un esprit total de loyauté et de camaraderie.

Pour René Lavergne, ancien professeur d’Éducation Physique et Sportive et éducateur acharné, le plus important est de se réaliser dans la vie, ce qui implique aussi le respect de l’autre et la prise de responsabilité. Une philosophie qu’on retrouve dans le Mini-Basket, qui est aujourd’hui l’un des axes de travail important de la Fédération Française, notre sport se prêtant parfaitement à cette recherche.

L’Education sportive, considère René Lavergne, le Mini-Basket essaie de l’atteindre en cherchant à éveiller et à mettre en lumière les forces créatives de l’enfant, trop souvent insoupçonnées ou négligées, en développant l’aptitude à la compétition par une formation basée sur la psychomotricité, en maintenant cette compétition dans le cadre éducatif et en maîtrisant l’agressivité qui est trop souvent la règle, en travaillant la technique dans le cadre du jeu et en apprenant à vivre en équipe, en société.

Le Mini-Basket est un jeu fait pour les enfants, qu’on ne doit pas considérer comme des réductions d’adultes mais avec leur propre spécificité, et il doit rester leur jeu qui se veut compétition et éducation.

En Mini-Basket, nous ne rejetons pas la compétition. En effet, elle est une motivation importante permettant à l’enfant d’acquérir des qualités qui lui serviront dans la vie et, également, une source inépuisable d’enseignements pour une meilleure connaissance de l’enfant. Par contre, nous rejetons tout ce qui est opposition brutale, exaltation de la victoire à tout prix et recherche du vedettariat.

Nous voulons faire de la compétition un moyen d’éducation en l’adaptant à l’enfant en en faisant son jeu et non celui des adultes, un moyen d’éducation et non un but en soi. C’est ainsi que nous ne voulons pas que des jeunes soient rejetés parce qu’ils ne sont pas assez bons, assez compétitif, le club devant donner à chaque enfant, quelles que soient ses capacités, la possibilité de se réaliser soit en tant que joueurs, soit en tant que jeunes cadres.

Nous ne voulons pas que des dirigeants exaltés, excités, traumatisent les enfants ou leur donnent de mauvaises habitudes. Nous ne voulons pas que la santé physique et morale de l’enfant soit sacrifiées, que les enfants soient manipulés et ne soient que des machines à concourir.

Ainsi dans le Mini-Basket, nous cherchons à donner aux jeunes une formation de base qui leur permettre d’aborder au mieux en basket, ou dans un autre sport, la compétition des adultes et de se préparer à la vie, tout en évitant les dangers d’une spécialisation précoce trop poussée, aboutissant entre autres à un phénomène de saturation sportive qui conduit les jeunes à abandonner la pratique des activités physiques.

Nous voudrions que les dirigeants sportifs comprennent que les enfants ne sont pas de petits hommes, qu’ils ont leurs caractères propres et que les éduquer, c’est aider à leur développement personnel, et pas seulement technique, c’est les faire sortir d’eux mêmes pour leur permettre de se réaliser et non de leur imposer des contraintes. Le Mini-Basket le permet.

Source : FFBB